Agile Washing : comment en sortir?

En tant que coach agile, vous avez surement été confronté à des clients qui ont pour principale injonction « soyons Agiles »…ou "Svp Monsieur ou Madame la coach, agilisez mes équipes " les finalités ou sous entendus sont nombreux comme par exemple, « pour aller plus vite, pour faire des économies, pour répondre plus rapidement aux besoins » etc . Partagez vos expériences ici et échangeons nos « tips » sur comment accompagner ce style de client ?

2 « J'aime »

Je pars du principe que cela fait partie de mon métier de :

  • prendre le temps d’expliquer mon métier, son origine, et sa complexité
  • de sensibiliser les gens a l’agilité, via la complexité et l’incertitude (vuca, cynefin)
  • prendre le temps de comprendre nos interlocuteurs, leurs besoins, leur environnement, de manière empathique, puis d’aller à leur rythme, step By step, savoir où ils en sont pour trouver la 1ere petite marche (spirale dynamique)
  • ne chercher pas à convaincre via les faits, essayer de toucher l’affect, l’émotionnel, on en reviens aux besoins (#CNV)
3 « J'aime »

Je rejoins ça, le rationnel ne fonctionne pas souvent.

1 « J'aime »

Et comment tu gères justement les clients qui attendent des KPIS, des faits et du concret pour entre autre défendre auprès de la direction le besoin de Coaching … ?

(C’est un de mes gros sujets, je suis exactement dans le contexte décrit par Violaine, et bien évidemment, on veut des KPI pour voir l’évolution de l’agilisation des équipes! :crazy_face: )

Ah enfin quelquune ds mon cas ! @July991

Alors, pour avoir mon expérience là-dessus, et en avoir parlé avec des coachs à la fois pro et agile qui ont bien plus d’expérience que moi : ce paradoxe, on ne peut en sortir qu’en renvoyant la responsabilité à la personne en face. « Agilisez mes équipes » ne veut rien dire, c’est un mot valise, et donc… Que faire ?

Les faire revenir à une réalité (de premier ordre, soit du concret) en prenant tout d’abord une poste de coach : concrètement, c’est quoi pour vous être agile ?
Et tant que ce n’est pas du pur concret, par exemple « je veux que les membres de mon équipe puissent prendre des décisions sur le produit sans que j’intervienne », ou à l’inverse « je leur donne un objectif et je veux un compte rendu quotidien », difficile de travailler avec la personne et de savoir où elle veut aller et si elle a besoin de coaching, de formation, d’expertise…

Et si les clients veulent des faits, du concret, eh bien je demande à voir les clients pour leur demander (attention, c’est du vécu presque (sic) !) « d’après vous, ce serait quoi vos KPIs ? Quel est votre besoin ? » → « C’est vous le coach agile, c’est à vous de me dire » → « Et c’est vous le business, les experts sur le sujet. » (silence) « Si le premier principe du manifeste agile, c’est de livrer régulièrement et rapidement des fonctionnalités à forte valeur ajoutée, qu’est-ce que ça vous inspire ? » → « Qu’il faudrait mesurer la valeur de ce qu’on livre » → "Je suis en phase avec vous. Maintenant qu’on est d’accord, j’ai quelques KPIs côté « Evidence Based Management » à vous proposer, et vous me dites les 3 qui vous semblent répondre le mieux à votre besoin :wink: "

J’ai à peine embelli mais ça s’est passé comme ça pour moi. Avec chaque client c’est différent, d’où le fait de s’adapter, renvoyer la responsabilité et surtout connaitre les besoins ! Pour info je suis allé sur le pourquoi des KPIs et donc sur le besoin (en quoi c’est important de mesurer ?)

Un bon objectif a toujours une mesure. Une mesure peut être un ressenti (sur une échelle de 1 à 10 par rapport à votre sentiment de fierté si l’objectif est atteint, vous êtes à combien actuellement et à combien voulez-vous être ?) Donc je comprends les clients qui en veulent. Parfois il faut leur donner un os à ronger, parfois ça se passe bien !

Bien sûr, ce n’est qu’une façon de faire parmi une infinité !

4 « J'aime »

Pour compléter ce que dis Benjamin, j’aurai aussi tendance à me dire, s’il souhaite des kpi sur l’intervention des coachs agiles, c’est qu’il ne voient pas le ROI de leur intervention, ce qui d’un point de vue investissement se justifie totalement.

Mon approche va donc consister a m’appliquer a moi-même (coach agile), la même chose que j’enseigne a mes équipes :

  • Travailler sur la transparence en faisant des revues régulières des tentatives de changement, de l’atteinte de mes propres objectifs
  • Avoir du focus, pour ne pas me disperser, je m’appuie sur des OKRs que j’essaie de co-construire avec les équipes que j’accompagne, et en lien avec mon mandat de coaching.
  • Avoir de la mesure du coup, pour les deux points précédents, ce qui du coup dépendra des ambitions (j’aime bien plutôt qu’objectifs) fixées : Faire du feedback 360°, regarder les mesures produits de l’équipe, ROTI/NPS/PerfectionGame sur les ateliers animés (je suis en train de creuser via cynefin des moyens moins biaisés)
  • Collaborer avec les personnes pour construire une relation de confiance (pk pas celles qui me demande des kpi :smirk:)
  • Inclure MES parties prenantes pour l’inspection et l’adaptation de mon accompagnement
  • Comment je mesure l’atteinte des objectifs visés par la transformation agile (y’en a t’il ? Comme Benjamin l’a dit, l’agilité ne reste qu’un moyen).

Je pourrais continuer, finalement, tout ce que vs enseigner, appliquer le a vous même :slightly_smiling_face:.

2 « J'aime »